Pensée Baverdage

Comment le « Festival de la démocratie » pourrait transformer notre relation avec la politique

Il y a deux semaines, un nouveau genre de festival a arrivé le pittoresque parc Léopold à Bruxelles. Mais il ne s’agissait pas des suspects habituels tels que la nourriture, l’alcool ou de la musique qui ont incité beaucoup à affronter la froideur d’une matinée d’automne, mais plutôt la politique qui était la vedette de l’événement.

Bien que cela semblerait bizarre pour certains, de tels festivals politiques sont intégrés dans la culture nordique et balte, où certains événements récurrents se développent depuis plus de 50 ans. Ces régions voient les citoyens, les organisations de la société civile, les institutions publiques et les politiciens se réunir chaque année pour une expérience démocratique avec des dizaines d’événements, de happenings, de débats, de forums, d’activités culturelles et de jeux. Ce sont des endroits où toutes sortes de sujets peuvent être abordés dans une atmosphère détendue et amicale.

Il faut le dire, l’UE a besoin d’un peu d’aide actuellement en ce qui concerne ses relations avec le public. Et peut-être tels événements sont exactement ce à quoi aspirait Bruxelles.

Afin de vous donner une idée de la façon dont ces festivals peuvent combler le fossé entre les figures politiques et le public, dans une enquête de l’année dernière sur un festival de démocratie danois, Folkemodet, 82% des participants ont déclaré qu’ils avaient acquis nouvelles connaissances sur questions politiques et 62% ont déclaré que le festival les avait incités à devenir plus actifs en politique. Au total, ces festivals ont attiré 430 000 spectateurs au cours de la dernière année, bien qu’ils ne soient auparavant que régionaux – ou tout au plus au niveau national. Ce concept pourrait-il être ce que l’UE en a besoin pour encourager un plus grand engagement du public?

En raison de leur popularité, des festivals similaires sont maintenant importés en Allemagne et aux Pays-Bas, et peut-être bientôt en Biélorussie, en France, et en Ukraine, selon Jubel, organisateur de l’événement de Bruxelles. Mais cette année, c’était le grand moment pour la capitale de l’UE, car elle a propulsé cette idée nord-européenne au niveau de l’ensemble des syndicats.

Mais c’est comment la version euro de ce concept ?

Naturellement, cet espace a été transformé en une vitrine des institutions. La Commission européenne, le Comité des régions et la Cour des comptes ont tous réclamé leurs propres tentes, qui parsemaient le parc et contenaient chacune un éventail de volontaires souriants, prêts à répondre aux questions et distribuer des brochures pour mieux faire connaître leurs contributions à la communauté européenne.

Le “European Future Forum” (EFF), réalisateur de la magazine Euro Babble, a eu le privilège de s’installer dans la tente de la Commission européenne, qui, outre le fait qu’elle soit généreusement ornée d’une carte et d’un pamphlet sur l’institution, comprenait un questionnaire où les passants pourraient faire entendre leur voix sur l’état actuel de l’UE, ainsi qu’un quiz sur le thème de l’UE avec quelques souvenirs de l’euro à gagner.

Mais l’EFF avait spécifiquement pour défi d’encourager les passants à s’inscrire pour voter lors des prochaines élections européennes qui auront lieu en mai 2019. Le slogan de la campagne, « This Time I’m Voting », utilise le simple mais puissant déclaration à un moment d’incertitude pour l’Union. Avec le départ du Royaume-Uni et les relations turbulentes en cours avec les deux États membres, la Hongrie et la Pologne, cette déclaration passera certainement par beaucoup de lèvres – même celles de citoyens qui ne s’étaient jamais sentis auparavant disposés à exercer ce droit, en raison d’un sens d’indifférence envers l’UE ou simplement en raison d’un manque d’informations sur le processus.

Les élections de cette année pourraient marquer un tournant pour les élections européennes, car un nombre croissant de citoyens s’engagent à voter pour la première fois. Dans la tente, les participants ont été encouragés à écrire ce qui les avait motivés à voter cette fois-ci – les réponses allaient beaucoup, allant de la protection de l’environnement à la démocratie elle-même, en passant par la nécessité d’exercer sa liberté et d’utiliser sa voix.

Le directeur de l’EFF, Dominik Kirchdorfer, a déclaré à propos de la relation entre l’événement et la campagne électorale: «Nous pensons que la société civile a un rôle important à jouer dans la survie de la démocratie. Regardez quelques-uns des pays en développement qui ont reçu une aide internationale de sources telles que l’UE depuis plus de vingt ans. Ceux qui ont développé une société civile forte ont développé un état fort, ce qui a facilité le développement d’une économie en croissance stable. Les pays dépourvus de société civile forte ont fini par financer la corruption et le terrorisme. »

« Voici la raison pour laquelle nous avons décidé de nous associer avec le Parlement Européen pour mener la campagne institutionnelle et pourquoi nous pensons que des événements tels que les festivals de la démocratie sont un bon point de départ. J’espère que nous verrons beaucoup plus de festivals de la démocratie à travers l’Europe, aussi bien dans les villes que dans les zones rurales. Ils contribuent à renforcer la prise de conscience et l’implication des citoyens dans la vie politique et la société civile. »

De plus, de nombreux ateliers ont été organisés tout au long de la journée, allant de discussions sur le budget et l’immigration, à des jeux amusants pour toute la famille.

Alors, étiez-vous à Bruxelles pour voir le festival? Que penseriez-vous si cette idée arriverait à votre pays?

Et enfin, est-ce que c’est la voie à suivre pour un meilleur engagement des citoyens européens dans le projet européen ? Nous voulons en savoir vos pensées !

 

Roxanna Azimy
Roxanna is a European affairs writer and communications professional of British and Iranian descent. Having studied French and Spanish at King’s College London, with an MSc in European Studies from LSE, and currently working at the European Parliamentary Forum on Population and Development in the field of human rights and international development, she strives to increase the visibility of ethical and sociocultural issues in Europe.
https://twitter.com/RoxannaYasmin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *